JOYEUX ANNIVERSAIRE A LA CGT DU CHU ALES !

jeudi 1er octobre 2009
par  pep cgt
popularité : 22%

Dans le cadre de son 50ème anniversaire le syndicat CGT de l’Hôpital d’Alès a fêté, comme il se doit, cet évènement en présence de nombreuses personnalités. En effet, Bernard Thibault, premier dirigeant de la CGT a fait le déplacement accompagné de Nadine Prigent et Agnés Naton, membres entre autre, du bureau confédéral.

Roger André du syndicat de l’Hôpital d’Alès a animé la journée après les remerciements, il a laissé la parole à Jean-Claude Bertrand, Maire de Rousson qui nous a reçu chaleureusement. Ensuite, c’est Freddy Bauducco, notre secrétaire départemental qui a rappelé l’agenda chargé du mois.

Bruno Rivier, S.G. de la CGT de l’Hôpital d’Alès, a introduit le débat devant une assemblée composée de 200 militants. Il a situé le contexte économique du moment et nous a fait un bilan de l’action syndicale de son syndicat en soulignant notamment le travail effectué en matière d’interpro sur la zone industrielle et l’accompagnement concernant le syndicat du CH Ponteil et de St Hilaire de Brethmas. Il a expliqué le ressenti des militants, leur crainte d’aller vers l’inconnu, mais aussi le défi qu’ils ont su relever en faisant adhérer des salariés qui ne travaillaient pas au sein de l’hôpital.

Ensuite, le débat fut lancé, présidé par Freddy B. Durant 1 heures 30, les militants ont pu échanger et débattre du document de travail du 49ème congrès. On soulignera, entre autres, l’intervention de Daniel Thomberau qui a rappelé l’importance du vote contre la privatisation de la Poste mais qui a salué aussi le travail de proximité effectué par les UL. Bernard (Privé emploi Alès) a, de son côté, émis des inquiétudes concernant les comités des privés d’emploi et leur devenir dans l’organisation CGT de demain. Patrick Gargallo lui aussi a la crainte que les syndicats de site entraînent à long terme la disparition des unions locales.... Odette Garcia (FAPT) souligne l’évolution nécessaire de la CGT mais s’interroge aussi sur la place des isolés au sein de la CGT. Comment faire pour que l’on construise ensemble une CGT avec le problème de délégation de pouvoir ...
Fabienne Lauron rappelle l’expérience menée au sein de l’UL concernant les collectifs géographiques, le travail de parrainage effectué. Elle a souligné la création du syndicat local des commerces et services de Nîmes, syndicat décidé par les militants. Marie Laure Sarda a souligné le travail effectué dans le cadre de l’interpro avec la Coupole. Odile Fosse a évoqué le problème de la formation syndicale, et le manque de la vulgarisation de l’information concernant des dossiers tels que le harcèlement.

Bernard Thibault comprend que les militants soient pris par des problèmes d’immédiateté à gérer au quotidien et qu’il est difficile pour eux de ne pas culpabiliser, pour aller se former. Il rappelle que rien n’est figé, qu’il faut expérimenter et qu’il ne faut pas généraliser l’expérience.

Il faut s’adapter au contexte.

Bruno Vigne (CHU Nîmes) émet une crainte sur un débat qu’il trouve trop passionné. Cédric Hébrad (Cheminot) a rappelé son expérience : il est détaché par sa fédération pour travailler avec les copains des commerces et services de Nîmes. Le débat achevé, Bernard Thibault a rencontré les salariés en lutte des Salins du Midi.

Ensuite nous avons pu écouter Cathy Quindos qui nous a exposé avec humour l’histoire du syndicat du CH Alès. Les anciens sont venus à la tribune et ont reçu des cadeaux sous les applaudissements.

Après un apéritif, nous avons pu déguster une paëlla dans un cadre convivial et fraternel.



Géolocaliser l'UL CGT de Nîmes - Accès au plan animé

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Joyeuses fêtes